Une proposition fractale dans la possibilité d’innover en Afrique

Une proposition fractale dans la possibilité d’innover en Afrique

Sharing City africaine & Smart Grids agricoles

Urbanattic: Votre réseau connecté de greniers urbains

 

La problématique de la disponibilité de la ressource alimentaire est de celles qui prennent de plus en plus de place dans la revue des thématiques urbaines et les villes africaines dont on sait maintenant qu’elles sont celles qui s’urbanisent le plus vite, ne pourront plus longtemps l’ignorer. Si on peut se demander quelles réponses originales les africains pourront y porter, sous d’autres cieux les expressions de la révolution digitale et l’essor des IT y ont déjà trouvé le terrain de jeux idéal.

Or, “Lomé HubCité” a d’emblée affiché l’ambition de vouloir questionner le potentiel de la “Smart City” en Afrique. Depuis 3 ans qu’il a été initié, cette expérimentation a constamment contribué, grâce à son approche #LowHighTech et au souci de proximité avec les masses, à remodeler la perception de la relation des contextes africains aux nouvelles technologies; réussissant à mettre le Togo sur la Carte. Si WoeLab le premier “Espace de Démocratie Technologique”, installé dans le cadre de cette vision de Ville Intelligente africaine, jouit d’une reconnaissance internationale avec plusieurs  innovations sociales et inventions de rupture distinguées, des prix et citations prestigieuses, il est aussi le principal architecte de l’émergence de ce paraît un embryon de scène tech locale.

La culture startup s’insinue ainsi petit à petit dans dans le tissu jeune. WoeLab assume le statut de locomotive et tient les devants; une douzaine de projets d’entreprises dans son écurie. Avec plusieurs contrats déjà  décrochés dont certains avec le Gouvernement (Ministère des Postes et de l’Economie Numérique pour la startup ‘Nativ et Ministère de l’Agriculture de l’Elevage et de la Pèche pour ‘Modela), le groupe SiliconVillage n’inscrit pas seulement l’entrepreneur au centre de la cité africaine idéale de demain mais se positionne en principal interlocuteur dans l’urgence qui est fait à tous les acteurs de la vie sociale et économique d’opérer incessamment leur Transformation Digitale.

Aujourd’hui WoeLab et le parc d’entreprises #SiliconVillage sont eux-mêmes à un switch point où les place la nécessite d’arbitrer les trois échelles du service-éthique de proximité déployé dans le territoire HubCité, le statut d’acteur historique émergeant de la modernisation du pays et la situation de proue symbolique de la nouvelle Afrique. Nous pensons que l’économie est encore la clé. Nous engageons ainsi un chantier de consolidation par la constitution des enveloppes que requièrent un déploiement permettant réellement de tirer tout le profit du formidable potentiel des idées les plus prometteuses dont des pilotes sont déjà projetés dans son environnement.

Urbannatic est de celles-ci. Ce n’est pas seulement dans le panel de HubCité, la réflexion qui prend en charge la problématique de la ressource alimentaire en contexte d’urbanités africaines engagées inexorablement dans de profondes mutations et dynamiques. Urbanattic se veut la meilleure réponse qui se puisse porter, au travers une venture modèle. Il anticipe ainsi les récentes conclusions de l’UNCTAD (UN Commission on Trade and Development) qui suggèrent que la seule solution pour “nourrir le monde” est le retour à de la “production organique”, d’échelle de proximité et non dépendant d’un “imput extérieur trop élevé”. Urbanattic est le premier exemple d’une volonté de systématisation de ce système. La récurrence de sites délaissés, sinistrés ou à l’abandon dans nos grandes villes offre un terrain inespéré à cette ambition. La ressource humaine dégagée sur le tas et mise en capacité et toute la technologie ouverte (à l’exemple d’OSM) accumulée au WoeLab en sera le moyen.

 

Urbanattic?

De fait on n’a pas assez mesuré le poids de la qualité alimentaire et les pathologies y afférentes dans l’espérance de vie des urbains africains. Urbanattic promeut une agriculture biologique de proximité pour denrées saines et de qualité dont le suivi en temps réel du marché est rendu possible par l’utilisation des IT, S’appuyant sur le projet de Ville Intelligente “Lomé HubCité” dont l’objectif est de construire la ville de demain autour d’un réseau d’incubateurs, l’initiative se veut un vaste programme d’agriculture dont l’objectif est de transformer chaque “Lab” du territoire HubCité en un garde-(bien)-manger pour son environnement proche, stockant des provisions produites sur des sites sinistrés (dépotoirs sauvages, dents creuses, terrains inondables, zone non- edificandi etc). Tout en participant de remodeler la face du paysage urbain, Urbanattic est principalement une plateforme web, sorte de cerveau d’une maille de “greniers de ville” (chacun adossé à une cuisine collaborative “FoodLab”) pour une production et le développement d’habitudes de consommation de cultures bio issues de la valorisation d’espaces délaissés dans la ville. Vous pouvez y commander votre panier bio, “partager”proposer votre terrain à exploiter, offrir votre disponibilité et force de travail pour la mise en valeur des potagers, “partager” votre recette, réserver ou vous abonner à la cuisine collaborative ou encore vous inscrire au Foodathon du grenier le plus près. La plateforme unique coordonne toutes ces activités en constituant une base de données fiable sur les habitudes alimentaires de la population, l’évolution des cultures etc. à la disposition de l’action publique et de tout organisme tel le FAO intéressé à cette Data.

Songez enfin, quand vous mêmes n’avez pas la main verte, que votre jardin soit pris en main et entretenu par des personnes dont c’est la passion, que nous vous ferions découvrir. Ce modèle est celui sur lequel nous bâtissons Urbanattic-France.

Urbanattic recrée du lien social autour d’espaces verts co-construits et propose une expérience partagée dans le réapprentissage de techniques agricoles au travers un certain retour à la terre, l’assainissement et la réappropriation du cadre de vie.

 

L’initiative est portée par la communauté du WoeLab, incubateur créé par L’Africaine d’architecture et s’inscrit dans le cadre du projet de Ville Intelligente “Lomé HubCité.

Installé en Août 2012, WoeLab est le premier laboratoire libre d’innovation sociale et technologique du Togo. Ce programme qui associe aujourd’hui une vingtaine de jeunes réunis sous l’appellation ‘Communauté du WoeLab” et constituant le noyau de la sociologie du lieu, a été mis en place dans le cadre de l’utopie urbaine « Lomé HubCité africaine » développée par la plate-forme L’Africaine d’architecture et son créateur Sénamé Koffi Agbodjinou. HubCité est un projet d’urbanisme alternatif et participatif qui questionne les approches classiques réglementaires et élitistes en proposant un modèle où les citadins-mêmes prennent en charge le destin de leur quartier. Ceci grâce à l’installation dans un territoire donné d’un réseau de lieux d’innovation, facilement replicables (RepLabs), ouverts à tous, promouvant l’esprit du partage et incubant une technologie LowHighTech pouvant facilement imprégner les couches les plus modestes de la population. Les petites gens ayant recouvré, grâce à la fréquentation de ces lieux, les ressorts de la mobilisation collective, reconquièrent sur la durée, la capacité de penser, projeter et fabriquer par elles-mêmes la cité de demain. WoeLab est le premier espace configuré pour tester cette utopie et donc avant tout le laboratoire-mère du projet HubCité. C’est devenu un lieu atypique, le seul dans le pays, qui rend possible la mutualisation des ressources et le brassage de populations diverses, prônant et adoptant des usages à faible empreinte écologique. Sa mission est entre autre de susciter, encourager, supporter et vulgariser des technologies de rupture. Ce qui distingue WoeLab de tous les autres laboratoires d’innovation c’est son modèle social qui veut puiser son inspiration dans les société traditionnelles africaines et fait la part belle à l’esprit  de communauté.  WoeLab c’est aujourd’hui plus de trente pensionnaires, avec une moyenne d’âge de 19ans dont 30 pourcent de filles. Chacun est co-sociétaires de la douzaine d’entreprises de proximité, collaborantes et bootstrappées nées au WoeLab dans le cadre du programme #SiliconVilla.

#Urbanattic est l’entreprise du Groupe SilliconVillage prenant en charge sous le mode exclusivement entrepreneurial, la question de la ressource alimentaire dans l’utopie urbaine HubCité projetée pour les quartiers de la zone frontière Lomé-Ghana. Elle bénéficie de la proximité d’autres startups tech qui la complètent idéalement,.

 

CONTEXTE & JUSTIFICATION

L’Afrique représentait 16 % de la population mondiale en 2014. Elle est le continent dont la population en pourcentage a le plus augmenté depuis le début du xxe siècle et dont le taux d’accroissement naturel ( 2,6 % en 2013) est le plus élevé. la population de l’Afrique est passée de 808 millions en 2000 soit 13,2 %, à 1,1 milliard en 2012 soit 16 % de la population mondiale et pourrait être de 2,4 milliards en 2050 soit 25,0 % de la population mondiale. Ce sont plus les villes qui sont affectées par cette urbanisation. La conséquence de ce phénomène étant des mouvements massifs des populations ; l’exode rural surtout.

En effet, l’urbanisation favorise les mouvements des populations des milieux ruraux vers les milieux urbanisés à la recherche de confort, de travail et donc de meilleurs conditions de vie. Ce phénomène d’exode rural fait d’une part que les paysans et agriculteurs laissent leurs terres et leurs activités cultural pour des travaux plus modestes et moins salissants en ville (ouvriers, employés de bureaux…), ce qui conduit peu à peu à une dévalorisation du travaille dans le domaine agricole et à la perte de la capacité d’autosuffisance des pays africaines. Avec l’expansion des villes les terres cultivables sont de moins en moins disponibles pour nourrir cette population qui va sans cesse grandissante.

De plus, le rythme actuel d’urbanisation du continent (+ 3,4% par an en moyenne, selon ONU-Habitat) est le plus élevé au monde. Toujours selon ces mêmes prévisions, les grandes villes d’Afrique devraient encore gagner des millions d’habitants et figurer ainsi parmi les plus grandes de la planète. En 2025, Lagos (Nigéria) et Kinshasa (RDC) deviendront, selon ONU-Habitat, les 11ès et 12ès plus importantes villes du monde. Soit mieux que Pékin (Chine) ou Los Angeles (États-Unis). Kinshasa, surtout, devrait connaître une progression de 4 millions de ses habitants (soit une hausse de 46%), de 8,7 à 12,7 millions entre 2010 et 2020.

En ce qui concerne le Togo, en  2010 Lomé la capitale était une ville de 837437 habitants (d’après https://fr.wikipedia.org/wiki/Lom%C3%A9)  contre 1 723 899 habitants (2015) soit plus 105 % habitants en 5 ans. Cette situation entraîne une surpopulation difficile à gérer aussi bien sur le plan alimentaire que sur le plan de l’emploi. Les terres cultivables sont de moins en moins disponibles en ville et autour des villes pour nourrir cette population qui va sans cesse grandissante. Le peu d’espace disponible dans les villes devient souvent des dépotoirs. La surpopulation des villes a entre autre pour conséquence une grave chute de l’autosuffisance alimentaire. En effet pour répondre à la demande, les villes importent de plus en plus de denrée le plus souvent conservé sur de longues périodes grâce aux agents chimique. De  cette surpopulation découle également un problème d’insalubrité lorsque ces citadins improvisent des dépotoirs. Un afflux de déchets dans  certaines parties de la ville amène à se poser des questions. Urbanattic porte une réponse originale à tous niveaux de cette situation alarmante.

 

Écrit par Sénamé